22 — Venise

Venise - Murano

Venise – Murano

Je pourrais vous parler de la place Saint-Marc quand le soleil l’enveloppe d’or. De son campanile qui s’effondra. De cette colonne qui coula dans le grand canal dont le crocodile géant hante les eaux les jours de tempête.

Je pourrais vous raconter ces familles espérant le dernier regard de celui qui empruntait le pont des Soupirs.

Je pourrais vous faire découvrir les rues parmi lesquelles Marco Polo se reposait de ses voyages.

Je pourrais vous décrire l’arrogance de ce lion qui s’appropria le livre et l’ouvrit pour ses vassaux ou le ferma pour ceux qu’il vainquit.

Je pourrais vous conter le diable, ses contrats, sa défaite. Les âmes de cette ville orgueilleuse et autoritaire sont pour lui le plus doux des breuvages :

Il y eut cet architecte qui construisit le Rialto de sa main et qui perdit sa femme et son enfant essayant de le tromper.

Il y eut ce musicien à qui il offrit la gloire et qui, pour sauver son âme, la dissimula dans la plus sublime des musiques qu’il écrivit sur la surface d’un canal. On dit que, quand la ville dort, cette mélodie s’offre aux somnambules. On dit que le malin essaye toujours de l’attraper.

Je pourrais vous montrer cette multitude de phares-lampadaires qui balisent la lagune, illuminent l’eau quand le soleil s’échappe vers les Amériques. Ils accrochent même parfois leur lumière aux nuages pour qu’ils la portent jusqu’au zénith.

Je pourrais aussi vous surprendre avec les églises ou d’autres ponts, avec les bateaux ou les réservoirs, avec les places ou les îles, avec l’eau et encore l’eau de cette ville éparpillée.

Je pourrais vous dire tout cela, et même le Lido, quand la ville devient mer, pourtant je n’en ferai rien. Vous en savez bien plus. Au pire, au mieux devrais-je dire, vous le découvrirez quand les portes de la gare, car il faut y arriver en train, s’ouvriront pour vous faire ce cadeau : Venise.

Buenos Aires – 18 août 2013

Publicités

8 réflexions sur “22 — Venise

    • J’ai toujours adoré les contes où le diable apparaît, très souvent les hommes arrivent à le duper, mais parfois ils se font prendre et là le prix est terrible.

      A Venise, l’ambiance de la ville, de ces alternances de l’eau et de la terre, de l’immeuble modeste et de l’arrogante place saint marc et des histoires que cette villes portent en elle m’ont donné envie de raconter 2 d’entre elles ou le diable est vainqueur ou le diable est vaincu.

  1. Je suis allé à Venise au carnaval il y a fort longtemps en 88 je crois, c’est vraiment un lieux magique.. en plus j’avais lu peu de temps avant la bd d’Hugo Pratt « Corto Maltese Fable à Venise » ce qui m’a permis de découvrir ce ghetto juif dont il parle avec ses courts intérieurs… délicieux souvenirs.. vraiment..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s