24 — Mont Saint Michel

Mont Saint Michel

Mont Saint Michel

La croyance populaire veut que les terres du diable soient des terres infertiles où règnent la mort et la désolation. Pourtant, avant que le temps ne soit temps, la baie était son domaine.

Il y vivait, paisible seigneur de l’eau, du ciel et même de la terre. Il y accueillait des vagabonds et parfois des aventuriers. C’est l’un d’entre eux, un certain Michel dit l’archange, qui, par la ruse et la tentation, colonisa cette terre et en expulsa son prince.

Le malin n’est pas toujours celui que l’on croit. Michel construisit d’une nuit, sur le rocher de Tombelaine, un improbable château de glace. Il lui offrit en échange de ses terres. Subjugué, le diable accepta et monta dans l’instant au sommet de la tour. L’usurpateur avait gagné ! Les premiers rayons du soleil firent fondre l’illusion et le diable fut rejeté par la marée. Jamais il ne revit sa terre : insoutenable douleur de l’exil.

Où qu’il aille, il la raconte. Il dit sa tristesse de voir son œuvre porter le nom de son voleur. Puis, il raconte le ciel lourd de nuages et leurs rondes allègres, le soleil qui peint sur le sable ou l’eau des chefs-d’œuvre éphémères, le vent qui chantent ses mélodies éternelles, sculptent la végétation.

Il fait une pose, soupire et parle de l’eau furieuse et tourbillonnante qui envahit la baie, dévore le sable, invente des îles, de l’eau assagie qui s’efface, offre au sable des reflets, des mirages, offre au ciel un miroir envoûté.

Dans ses yeux se dissimulent une lumière grise de tant de couleurs. Ils vagabondent sur ses marches qui inventent un village, franchissent les portes de l’abbaye, courent d’un labyrinthe de salles et d’escaliers à l’autre.

Ils se posent tout là-haut. Devant ce cloître, dont chaque colonne-double capture un peu de lumière, en fait un joyau, s’avancent sur cette terrasse, là où les sens se perdent, là où l’on marche dans le ciel.

Buenos Aires — 7 septembre 2013

Publicités

13 réflexions sur “24 — Mont Saint Michel

    • J’sais plus où je l’ai entendu cette légende de la fondation du Mont. Mais je l trouve plus sympa que la classique, le bête combat entre l’archange et le démon.

      Bien sûr dans la version originale il a le mauvais rôle le diable.

      en résumé elle dit ceci.

      le diable vivait en ce lieu.

      Un paysan y est venu un jour et lui propose un marché il gardera pour lui tout ce qui pousse sous la terre et donnera au diable tout ce qui pousse sur la terre. Et bien sûr il cultive des navet, des carottes etc.

      L’année suivante il propose le marché inverse et plante du blé, des céréale, des haricots etc.

      furieux le diable lui propose un défi celui qui construira le plus beau château en une nuit gardera cette terre. Le vainqueur gardera la terre, l’autre devra la quitter.

      Le diable construit le mont, michel construit cette tour de glace dont la beauté et magnifiée par la lune. De rage le diable s’en empare mais au premières heures il font et le diable est projeté dans les sable mouvant vaincu par l’astuce de l’archange.

      • On trouve dans plusieurs régions l’histoire du Diable et du paysan (comme celle des ponts du Diable, d’ailleurs). Mais l’histoire du château que le Diable croit être de cristal et qui s’avère être de glace est infiniment poétique, je trouve.
        Plus que les hordes de cars de touristes, en tous cas.
        [ et le broutard de prés salés, c’est une tuerie:-)]

        • c’est un conte traditionnel, mais je ne me souviens plus d’où je l’ai sorti.

          Je me demande si ça ne sort pas d’un bouquin de Francis Yard.

          J’ai raconté le conte dans sa forme plus traditionnelle en réponse à un com de mon père.

          c’est effectivement un très joli conte. C’est marrant comme j’y suis allé au printemps et en hiver je n’ai jamais subi les hordes touristiques encore moins les bus climatisé qui ne coupent jamais leur moteur.

          Avec Mariana on s’ y est même balader de nuit sans un chat ou p’tre un. C’était assez magique.

          • La deuxième fois, on y est allé très tôt un matin, pendant des vacances de Pâques. On a eu droit à des groupes de collégiens, mais c’était supportable.
            La première fois, pendant des vacances de Toussaint, il pleuvait à verse, ça ravinait dans les rues. Et, arrivés en haut, nous lûmes sur la porte de l’abbaye: « Fermé le 1er Novembre »:-)

            • pas de chance !

              la première fois, je suis resté 4 jours dans l’Abbaye, le pied total. Début Juin.

              La deuxième fois en février, ça caillait dur, mais c’était magnifique et même la mère poularde était fermée.

              vous dûtes avoir la haine en voyant ce charmant fermé !!!

  1. Un lieu de paradoxes non? Posé dans une baie à perte de vue et pourtant une fois arrivé la pente est rude, édifié pour éloigner le diable et on y accède avec la foule à marée basse, dédié au recueillement et le commerce est présent partout dans les ruelles étroites. C’est peut-être d’en haut ou de loin comme sur votre photo qu’on arrive à se détacher un peu et à marcher dans le ciel.

    • La hauteur offre de la magie à ses lieux :).

      un autre paradoxe c’est la statue de l’archange qui est devenue de symbole du mont et qui n’a même pas 1 siècle.

      J’ai toujours été au mont à des moment peu touristique. J’ai même une fois logé dans l’abbaye et donc j’ai eu le privilège de le connaître vide.

      la grande terrasse devant l’église et le cloître m’a toujours donner l’impression de marcher sur les nuages.

      Après l’imagination fait le reste, c’est le plus puissant des photoshop pour effacer ce que l’on aime pas le touriste, le resto, le marchand de souvenir etc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s