2 — Cimetière de trains d’Uyuni

cimetière de train d'Uyuni

cimetière de train d’Uyuni

On n’y arrive pas par hasard, à quelques encablures, le salar, immense plaque de sel du même nom, est un puissant aimant.

Sans surprise, Uyuni a le charme des villes frontières. On s’attend à voir à chaque coin de rue le bar « la dernière chance ». Ici, plus que celles des nations, c’est la frontière entre l’homme et la nature que l’on rencontre. Une fois la dernière rue, vers n’importe quel point cardinal, franchie, s’ouvre l’infini de l’Altiplano : désert sur lequel flottent parfois des volcans.

Pour ne pas se perdre dans ce que Borges voyait comme le plus parfait des labyrinthes, un fil d’Ariane s’offre : la ligne de train qui de l’Argentine ou du Chili s’enfonce jusqu’à Oruro.

C’est en la suivant vers le sud, quand s’effacent les toits de cette ville de maisons basses, que l’on arrive à un embranchement qui a été. Deux rails arrachés, tordus, ouvrent sur un étrange univers.

Par milliers, des scories, des vis de rails, de petites pièces métalliques se font amphitryons. Se succèdent alors des wagons, ceux de charge ou de passagers, ceux des mines ou du pétrole…

Quand cet enchevêtrement de fonte et d’acier s’estompe, se dévoilent les reines du lieu : les locomotives. Elles s’alignent sagement sur deux voies. Aidées par la rouille, elles se vêtent telles que leur rang l’exige : sublimes dans leur robe cramoisie sous le soleil ; inquiétantes, voire effrayantes, en tout cas, terribles sous l’orage ; douces et mélancoliques sous la lune ; ombres s’allongeant, disparaissant dans le crépuscule, dans l’aurore.

Les lamas, le troufion de garde, les enfants vous le diront, elles racontent leurs chevauchées interminables vers le Pacifique. Un homme recueille, nuit après nuit, chacune de leurs aventures. Quand l’obscurité s’éteint, quand l’horizon se colore, il va vers l’ouest, caresse délicatement la toute première motrice, se retourne, sourit tendrement et chuchote sur le vent « Reposez en paix, trains des mineurs. »

Buenos Aires – 22 septembre 2013

Publicités

10 réflexions sur “2 — Cimetière de trains d’Uyuni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s