63 — Centinela del mar

Centinela del sur

Centinela del mar – photo Mariana Rodriguez

Il doit être 9 heures, voire un peu plus. Cela fait de longues minutes que le soleil a éteint le jour, non sans s’être offert l’une de ces fantaisies colorées dont il raffole. À l’ouest, les lumières de cette côte qui subitement s’enfuit vers le sud, flottent sur l’océan. Un rire d’enfant suspend l’harmonie de moment et attire les regards vers l’est, où, patiente et cabotine, la lune attendait pour sortir au-dessus des vagues. Les étoiles en profitent pour y plonger et faire resplendir la mer.

Un bref instant, sur l’immense plage, qui touche 2 horizons, un quad brouille l’obscurité, couvre le ressac. Vous suivez les 2 lames de lumière que la nuit finit par dévorer.

Elles vous font penser à cette insatiable curiosité qui vous a entraîné vers ce point sur cette carte qui n’indique que 2 pistes pour tout lien avec le monde. L’une, rectiligne, large, s’échappe depuis la route entre Necochea et Miramar. L’autre, tortueuse, étroite, naît à Mar del sur. Sillonnée par les camions des immenses estancias, elle se transforme en bourbier à chaque orage. Elles symbolisent un rêve fracassé.

On vous tendra peut-être un plan qui vous le montrera : Des rues au cordeau ; un casino opulent… Pourtant, pas de ville, encore même pas de village. Juste une lande lumineuse, presque dune, sur laquelle quelques rares maisons éparpillées, improbables comme l’église, l’épicerie et le musée qui y ont poussé. Au bas d’un escalier qui grignote la falaise, une chaise, un parasol, antre d’un possible sauveteur.

Il y a encore cet hôtel, ersatz de château fort, aux portes et fenêtres murées, domaine de la vermine. Il est l’aigreur de cette ambition échouée. Ignorez-le ! Mais, comme lui, regardez la mer…

De retour chez vous, un besoin impérieux vous saisira : ouvrir à nouveau cette carte ; y chercher un autre point. Mais, pourrez-vous trouver, comme là-bas, un lieu qui sera car il n’a pas été ?

Buenos Aires, 6 octobre 2013

Publicités

7 réflexions sur “63 — Centinela del mar

  1. Regarder la mer , mais aussi le ciel lors du coucher de soleil…Si c’est aussi beau « en vrai » que sur la photo , alors tant pis pour le rêve marchand , la réalité naturelle suffit bien.

    • oh que oui.

      J’aurai p’tre dû dire regardez vers la mer.

      La côte est orientée est-ouest. du coup le soleil se couche sur l’eau et derrière les falaise. Et on a eu la chance de voir la lune se lever sur l’eau c’était… c’était :).

    • Merci.

      c’est tellement la sensation que tu as quand tu es sur place.

      Si le projet avait abouti ça ne serait qu’une station balnéaire de plus. Et là c’est carrément magique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s