46 — San Juan Chamula

san Juan de chamula

san Juan de chamula

Ils me vénéraient. Jour comme nuit, ils me rendaient hommage. Aujourd’hui, je n’entends plus que les poules qui caquettent sur les tombes qui m’entourent. Il y a bien ces voix, mais elles ne sont que moquerie ou pire, indifférentes.

Faut dire, j’ai fauté.

Le vent, la pluie n’ont plus la même indulgence, ils ne me rafraîchissent plus. Ils me fouettent, martyrisent mon dos. Je ne vois plus les nuages (les merveilleux nuages) qui passent et que le soleil déchire parfois. Ils m’ont privé de la contemplation de ces nombreuses collines, si vertes qu’elles semblent peintes, ainsi que ces trois croix qui s’y camouflent, symbole de la Ceiba Madre et que les chrétiens, par quelques pictogrammes, croient faire leurs.

Faut dire, j’ai fauté.

Dans mon lointain, j’entends les cavalcades, les explosions, les tirs de ces cavaliers (« armure » en peau de mouton), fiers de ces traditions de tant de siècle, qu’ailleurs, même leur souvenir a été effacé ou travesti. Mais pour moi, ils ne réservent plus le moindre regard.

Faut dire, j’ai fauté.

Mes amis les plus fidèles m’ont renié. Eux, ces faux saints, ces vrais dieux qui, miroir sur le ventre, capturent les âmes ou les révèlent, ont anéanti jusqu’aux lettres de mon nom.

Faut dire, j’ai fauté.

Eux, avec qui j’ai tant partagé, m’ont effacé des mémoires de ces enfants, de ces hommes, de ces femmes qui depuis toujours s’assoient en ronde, dans la nef de cette église, buvant des bulles, éructant des mauvais esprits.

Faut dire, j’ai fauté.

Pourtant, je les choyais ces plaques de lumière offertes à ma chapelle. Mais, le doux chant d’une lavandière m’a distrait. Une bougie enflamma un rideau. Au retour de ma flânerie, il ne restait que des murs calcinés. Moi, le saint protecteur, ils m’ont retourné face contre l’un de ces murs, insoutenable condamnation !

Viendras-tu un jour, temps de la poussière ?

N’être plus que sable Enfin !

Buenos Aires le 20 mars 2014

Vous pouvez ausi lire ce texte sur Ipagination

 

Publicités

2 réflexions sur “46 — San Juan Chamula

    • merci beaucoup pour le lien.

      là c’est juste une église isolée, enfin une grosse chapelle. Mais il est possible, comme souvent dans le coin qu’elle ait ait été fortifiée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s