123 — La route de la mort (La Paz — Coroico)

 

coroico

coroico

 

 

La Paz est froide et humide. Pourtant, j’attends en plein vent. Un minibus arrive. Certains accommodent les bagages sur le toit. Certains montent, s’assoient. Le moteur démarre. Les boliviens se signent.

L’alto dort, autant qu’il puisse dormir. La route grimpe. Les maisons s’espacent. Les Andes s’imposent. Un col, y basculer, s’arrêter. Je bois un peu. Certains mangent. Certains achètent. En remontant, tous se signent.

La route se métamorphose en simple filet de terre. Pourtant, voitures, camions, bus en débouchent avec régularité. Commence un lent bal où celui qui descend frôle l’abysse, où celui qui monte rosse la falaise. Des hommes signaux construisent des harmonies, des cascades écrivent des contrepoints.

À chacun des incessants arrêts, ils se signent. Les roues sont-elles sur la route ? Oui, nous ne tombons pas ! Les feuillages d’arbres géants nous caressent le flanc. Des mers de nuages dissimulent, trop rarement, les gouffres.

Il est simple de pressentir qui, du foisonnement de la nature ou de la peur, accélère le cœur ! J’ai envie d’être sur le toit. Je me fantasme sautant. J’ose croire contrôler mon destin … Se libérer de ce cercueil roulant : claustrophobie.

L’extrême prudence du chauffeur semble le plus stupide des risques. Maintenant, à chaque virage, ils se signent.

La route est enfin moins abrupte. Ses deux rives se peuplent d’arbres. Les visages effacent la crispation. J’enlève mon blouson. La route s’élargit. J’enlève mon pull. On se croise sans s’arrêter. Aucun ne se signe. Des cabanes, des maisons, une ville : Coroico. Je descends.

La nature n’est qu’exubérance. À chaque instant, le vert s’invente des nuances. Les jours se suivent. La Paz la minérale n’est qu’une illusion. Je marche, je bois, je transpire, je contemple  J’oublie !

Ce matin, le regard se perd dans les nuages. Je remets le sac sur le dos, je trouve l’arrêt, j’attends le bus, j’accommode le sac sur le toit, je m’assois, le moteur démarre. Se signer 

 

Buenos Aires le 4 avril 2014

à lire aussi ici : http://www.ipagination.com/textes-a-lire/afficher/quelques-lieux-et-un-pas-de-plus-123-par-alberic

Publicités

11 réflexions sur “123 — La route de la mort (La Paz — Coroico)

    • aujourd’hui ils ont construit une autre route plus sûre.

      J’imagine que celle-là est toujours utilisée… au moins par les touristes.

      plus avant je parlerai d’une autre tout aussi voir encore plus flippante, mais encore plus belle.

  1. Arte avait diffusé quelques documentaires sur ce genre de routes.
    Bolivie ? Chili ? je ne sais plus.

    Si je les retrouve, vous en voulez ?

  2. Alain a raison, c’est fascinant, ce genre de route, même (surtout?) pour les personnes sujettes au vertige. On regrette d’y être mais on n’aspire ensuite qu’à y retourner.

    Superbe texte. Ça fait du bien de revenir dans des parages amis.

    • aussi vertigineuse que celle-là, je n’ai pas connu d’autre et même sans vertige c’est vraiment très très très impressionnant, surtout ce bal de véhicule qui fait qu’à chaque croisement tu doives t’arrêter sur le bord du précipice.

      L’autre terrible que j’ai faite c’était aussi dans les Andes mais au Pérou.

      Soit le très bienvenu ici. Je t’attendais :).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s