4 – Lac de Tibériade

04-tibériade

 

— Depuis la Galilée, tu plonges dans les entrailles de la terre. Divers alphabets t’annoncent : Niveau de la mer. Tu n’y crois pas, mais tu t’enfonces. Plus tu t’enfonces, plus tu te sens léger, plus tu oublies.

— J’oublie quoi ?

— Tu oublies les pourquoi, sans parler des comment. Avant que le dernier virage ne s’ouvre, tu es seul avec la terre et l’uniformité d’un bleu profond. À Tibériade, tu es reçu par le silence. Du moins c’est ce que tu admets. Rien n’est réel, encore moins ses vagues au clapotement velouté.

Tu t’assois sur les galets, tu observes les montagnes, enfin les bords du trou qui t’accueille. Tu regardes le lac, un bateau passe, poursuivi par des mouettes en meutes. Tu suis les plongeons d’une famille de martins-pêcheurs aux couleurs éclatantes.

— Tu es restée longtemps ?

— Peut-être ! J’ai marché, beaucoup. J’ai pris un bus, je crois, mais j’ai surtout marché. J’ai vu la pierre sur laquelle ils ont construit leur église. J’ai vu Capharnaüm. C’est étrange que le calme de ses ruines ait donné son nom au chaos… Surtout là, en dessous des océans. C’est au mont des Béatitudes que j’ai compris.

— Quoi ?

— Quelle importance !

— Mais…

— Chut ! Prends-moi dans tes bras, j’ai froid ! Pourquoi ai-je dû revenir ? Là-bas, il n’y a que toi et une paix improbable. Ici, enfin là-bas, rien n’existe qui ne soit harmonie. Ce n’est pas pour rien qu’ils les ont inventées en ce lieu. Dommage qu’elles n’aient su être à cette image.

— Nous irons !

— Non, mais toi, si ! Pose tes pas dans les miens, tu pourras peut-être m’y ramener. Tu m’éviteras le piège, celui d’une carte s’appropriant les hauteurs et d’une télé montrant armes, peurs, horreurs et haines. Tu auras le courage de les éteindre ? Elles ne sont qu’illusions, mais te raccompagnent là où je ne veux plus jamais être, là où l’homme et ses instincts sont maîtres.

Buenos Aires le 8 mai 2014

Publicités

2 réflexions sur “4 – Lac de Tibériade

  1. Photo magnifique, qui contribue à l’étrange sensation de sérénité et de calme qui se dégage de ce texte. Pourtant, que de violences aux alentours de ce lac.
    Les cornes de Hattin et l’infâme Renaud de Châtillon…

    • Renaud de Châtillon… Sans ce débile profond que ce seraient devenus le royaume de Jérusalem… Auraient-ils réussi cette fusion de l’orient et de l’occident ? Notre histoire n’aurait-elle pas été tout autre sans cet immonde boucher ?

      Par contre Kerak c’est impressionnant, même s’il n’a pas la force d’évocation du Krak.

      Quand la violence déboule sur les bords du lac, j’imagine que c’est dû à un visiteur qui à davantage cru les signes de l’extérieur, des hauteurs plutôt que ceux du lac…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s